J’ai accusé mon ex d’être un.e agresseur.euse alors qu’iel ne l’était pas (Digital)

$4.00
  • J’ai accusé mon ex d’être un.e agresseur.euse  alors qu’iel ne l’était pas (Digital)

This is a digital file, sent as a pdf.

This is the French translation of my article "I called my ex abusive when they weren't" which you can find in English in my zine Fuck the Police Means We Don't Act Like Cops to Each Other.

"Survivre à la violence sexuelle est l’expérience qui a défini ma vie. J’ai grandi dans un environnement émotionnellement violent et négligent, mon grand-père a abusé de moi sexuellement et mes parents ne m’ont pas protégée. J’ai développé un trouble de stress post-traumatique complexe qui a complètement façonné la trajectoire de ma vie. Elle ressemble à celle de beaucoup de survivant.e.s de l’inceste : j’ai quitté l’école, je suis partie de la maison très jeune, je me suis auto-mutilée, j’ai essayé de me suicider un bon paquet de fois, je suis devenue alcoolique, j’ai eu plein de relations sexuelles avec des inconnus alors que j’étais beaucoup trop ivre pour pouvoir réellement y consentir et j’ai fini par me retrouver dans une relation violente. Dans cette relation violente, j’ai été violée, abusée physiquement et j’ai craint pour ma vie. Cette relation s’est terminée devant la justice et mon ex m’a harcelée par intermittence pendant huit ans. Je partage tout ça parce que je veux que vous compreniez que je prends la violence sexuelle et les abus interpersonnels extrê-
mement au sérieux. Je sais ce que ça fait. Je sais à quel point ce type de violences est atroce. Une fois sobre, une fois rétablie, j’ai choisi de consacrer ma vie à aider d’autres survivant.e.s. Ma solidarité avec les survivant.e.s est un lien plus étroit que n’importe quel autre. J’aime les survivant.e.s de tout mon cœur. C’est en partie pourquoi j’ai tant écrit sur les traumatismes, et pourquoi je travaille constamment à continuer à grandir, à guérir et à partager mon chemin avec vous toustes."